Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/04/2010

Châtelain

 

Chateaux de la Loire1.jpg

 

malgré moi...

26/04/2010

DERECHOS HUMANOS / LES DROITS DE L´HOMME

 

Photo1048.jpg
Photo1047.jpg
Photo1050.jpg
Photo1053.jpg

 

 

23/04/2010

Les vaches qui rient

 

SAM_0592.JPG

SAM_0642.JPG
SAM_0606.JPG
SAM_0635.JPG

 

 

 

20/04/2010

Deux pas en avant, dix pas en arrière...


"Estados Unidos instó una vez más a palestinos e israelíes

a reanudar las negociaciones de paz" (bla, bla, bla...)

 

"El Gobierno de Washington insistió en que ese país debe seguir la ruta de la paz y “demostrar respeto a las aspiraciones legítimas de los palestinos, detener la actividad de los asentamientos y atender las necesidades humanitarias en Gaza”.

RIODERRADEIRO dixit:

Ce n´est pas une blague? On dirait la même histoire toujours recommencée (depuis 1948): Deux pas en avant, dix pas en arrière...

L´État Sioniste gagne.

19/04/2010

Le Génocide culturel des francophones au Canada





Le système fédéral canadien est le tombeau du fait français au pays. 

Les statistiques et les rappels historiques présentés dans ce livre sont éloquents. Sans des lois d'exception telles que la loi 101 et sans l'indépendance du Québec pour enfin doter les francophones d'Amérique d'un foyer national et d'un État libre et indépendant, le sort des francophones est scellé.

Cet ouvrage devrait faire comprendre l'urgence d'agir. Le temps nous est compté.


Conférence de presse et lancement


Les journalistes sont conviés à une conférence de presse à 14h et le grand public est invité au lancement à 19h :


Lundi 26 avril 2010

14h (conférence de presse)

 

19h (lancement)


Café L'Innocent

460, rue Lafontaine, Rivière-du-Loup

 

 


Les Éditions du Québécois auront l'honneur de compter sur la présence de Victor-Lévy Beaulieu lors de ces activités.

 

Ces activités sont organisées par les Éditions du Québécois et les indépendantistes indépendantsde Rivière-du-Loup-les-Basques.

Info. : plbegin@lequebecois.org

18/04/2010

GARZÓN en la antesala (de la plaza)

 

Manifestación de apoyo a GarzónToreo.jpg

del toreo...

ImageImage

14/04/2010

El caso GARZÓN

 


Una injusticia en España


baltasar-garzon.jpg

El magistrado investigador de España más conocido, Baltasar Garz, ahora está siendo procesado en una causa dirigida políticamente que podría terminar echándole del tribunal.


El juez Garzón está  acusado de ignorar una ley de amnistía de 1977 cuando decidió  investigar las desapariciones  de más de 100.000 personas durante la guerra civil de los 1930 y la década de la represión franquista que le siguió. Las acusaciones fueron presentadas por dos grupos de ultraderecha que temen una investigación abierta de la memoria de la era de Franco. Desafortunadamente, uno de los compañeros magistrados del Sr.  Garzón admitió la denuncia y esta semana presentó las acusaciones formales.

Como resultado, ahora será  apartado temporalmente de sus tareas pendientes en el juzgado. Si es condenado, podría ser apartado de la magistratura hasta por 20 años, poniendo fin en la práctica a una carrera dedicada a detener terroristas y dictadores, considerados responsables de sus crímenes. Esto agradaría a sus enemigos políticos, pero sería una auténtica farsa.

Los crímenes reales en esta causa son las desapariciones ,  no la investigación del Sr. Garzón. Si, como parece probable, éstos fueron crímenes contra la humanidad según el derecho internacional, la ley de 1977 no podría absolverlos legalmente. Los supuestos autores responsables están todos muertos, y el Sr. Garzón paró hace un tiempo la investigación, traspasando la jurisdicción a los tribunales locales españoles en las localidades donde las víctimas fueron enterradas.

El Sr. Garzón es un valiente y controvertido juez instructor que se ha granjeado muchos enemigos a lo largo de los años. Ha llevado causas contra el terrorismo vasco (1) y Al Qaeda, contra poderosos policías españoles, contra dictadores de Latino América y contra matones de la mafia rusa.

Causas de alto perfil, como el intento de procesar al antiguo dictador chileno Augusto Pinochet, recurren a él, y a veces se extralimita. Pero su constante objetivo ha sido negar la impunidad al poderoso y desarrollar el alcance de la ley internacional  de los derechos humanos.

Al  Sr. Garzón  debería permitírsele la reanudación de este trabajo en una  fecha lo antes posible. España necesita unas cuentas honestas de su conflictivo pasado, no el procesamiento de aquellos que tienen el valor de exigirlas.


(y su entorno ideológico, todo hay que decirlo, ¿o no? -nota del editor)

Editorial del NEW YORK TIMES, publicada el 08 de Abril 2010

Traducción de Jesús García

13/04/2010

mes racines

 

Mamá Minga, Venacio, MMª (agosto57).jpg

 

 

12/04/2010

mes racines

 

Manuel Pena, María Silva, eu e.jpg

 

 

08/04/2010

mes racines

 

Manuel Pena Bernárdez, Mª Silva (meus pais) e EU.jpg

 

 

05/04/2010

Les amis

Manuel Silva Fernández (meu padriño), debuxante 1.jpg

Manuel Silva Fernández (meu padriño), debuxante 2.jpg
Manuel Silva Fernández (meu padriño), debuxante 3.jpg

 

de mon oncle (Manuel da Roura, années 40)

03/04/2010

QUÉBECrésistant

Première pelletée de terre du chantier du MUHC :


Les indépendantistes forcent Charest à entrer par la porte d'en arrière !


Le Québécois, 2 avril 2010 - Bien que Jean Charest et la bande de McGill aient tenté de prendre les manifestants par surprise, en annonçant à la dernière minute que la pelletée de terre devant inaugurer le chantier du MUHC aurait lieu le 1er avril, les indépendantistes étaient quand même sur place, hier, pour signifier qu'il ne saurait être question que l'on construise en toute impunité le McGill University Health Center (MUHC), un monument érigé, à même les deniers des Québécois, à l'anclicisation du Québec. Ces braves et efficaces indépendantistes sont parvenus à perturber suffisamment la cérémonie pour que Jean Charest passe, à l'instar du prince Charles, par la porte d'en arrière ! 

Rappelons que le MUHC coûtera tout près d'un milliard et demi de dollars, et ce, avant les dépassements de coûts qui ne manquent jamais de survenir dans de tels dossiers et qui devraient impliquer, au bout du compte, des dépenses dépassant largement les 2 milliards$. Et ce sont les Québécois qui financent cet hôpital concédé à la communauté anglophone du Québec, communauté qui ne représente pas plus de 10% de la population du Québec. Il est carrément scandaleux que l'État québécois, parce que ses administrateurs craignent les anglophones, ait consenti, dans ce dossier, à couper la poire en deux en accordant la moitié du budget prévu pour les centres hospitaliers universitaires à Montréal à McGill. Tout contexte normal aurait voulu qu'un seul centre hospitalier soit consuit et qu'il fonctionne en français, ici, au Québec.

Cela est encore plus choquant quand on pense que les médecins qui sont formés à McGill quittent le Québec, à la fin de leurs études, dans une proportion alarmante, alors que tel n'est pas le cas dans les universités francophones. A-t-on les moyens, au Québec, de former des médecins, à nos frais, pour le reste de l'Amérique ? Poser la question c'est bien sûr y répondre.

Et que dire du fait que le MUHC sera prêt bien avant le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), si celui-ci ouvre vraiment ses portes un jour ? Le fait est que le français se porte plutôt mal dans la métropole québécoise. Le MUHC ne sera rien pour améliorer la situation, c'est l'évidence même. Il contribuera de manière importante à angliciser encore davantage maints secteurs d'activité à Montréal. Dans ce dossier, il est clair que tous les Québécois financent, malgré eux, l'anglicisation du Québec.

Et pendant ce temps-là, Jean Charest a le culot d'exiger de nous, les Québécois, de payer sa satanée taxe en santé ; 200$ d'ici deux ans, sans aucune considération pour les revenus des contribuables. Les riches comme les pauvres devront payer le même montant. Et cela étant sans considérer la possibilité qu'on nous impose en plus un ticket modérateur. Il est donc clair que si Charest a les moyens de payer un hôpital de luxe aux anglophones, il a les moyens de se passer de notre 200$ pour sa taxe en santé.


Des militants indépendantistes qui ne reculent jamais

C'est pour s'opposer à tout cela que tout près d'une centaine de militants se sont rendus, hier, sur le site de la cour Glen, là où devait avoir lieu la première pelletée de terre destinée à inaugurer le chantier du MUHC. Ils n'ont eu que quelques heures pour se préparer, et ce, parce que les « dignitaires » voulaient procéder en toute discrétion, loin du peuple. Malgré l'hypocrisie de ces derniers, les militants étaient sur place, à l'heure prévue et ils scandaient énergiquement des slogans percutants afin de faire connaître leur mécontentement aux « dignitaires » qui passaient devant eux pour entrer dans le bâtiment où Charest devait prendre la parole.

Rapidement, le système a envoyé sur place son escouade anti-émeute afin de réprimer une manifestation pacifique. Mais les manifestants indépendantistes (RRQ, MPIQ et JPQ) n'ont pas bronché, ils n'ont pas reculé face au bras armé du système que contrôlent les fossoyeurs du Québec français. Ils étaient bien décidés à empêcher l'inauguration du chantier du MUHC, et c'est ce qu'ils ont accompli.

Lorsque les militants ont appris que Charest était déjà à l'intérieur, puisqu'il avait passé par la porte d'en arrière, prouvant ainsi qu'il est encore moins courageux que le maire de Montréal, Gérald Tremblay, qui a lui osé passer devant les militants, ils se sont précipités vers le monticule qui avait été prévu pour symboliser, par une pelletée de terre, l'ouverture du chantier. Les militants ont si bien oeuvré que les organisateurs ont dû abandonner ce volet de la cérémonie. La pelletée de terre n'a pas eu lieu ! Le chantier du MUHC a donc été, très bizarrement, inauguré en coupant un .gâteau, à l'intérieur, là où les « dignitaires » se sentaient bien à l'abri!

Maintenant, il ne faudrait pas que ceux qui oeuvrent sans répit à l'anglicisation du Québec et de Montréal croient que le pire est passé, que notre travail d'opposition à l'entreprise démente qu'est la construction du MUHC se limitera à empêcher le premier ministre d'effectuer une pelletée de terre. Non pas ! Dans un premier temps, nous avons fait fuir le premier ministre. Dans un deuxième temps, il nous faudra mettre en déroute le gouvernement et McGill, et nous n'y arriverons que par le travail de la multitude. Alors retroussons nos manches et que le chantier du MUHC devienne la cible des amoureux du Québec français et libre !


Patrick Bourgeois
Réseau de Résistance du Québécois